AccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Carmen } Vogons mes jolies, yoho !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

✔ Messages : 59
✔ Date d'inscription : 19/08/2011


Carnet personnel
Origine : Pirate
Âge du personnage : 23 ans
Relations :

MessageSujet: Carmen } Vogons mes jolies, yoho !   Ven 19 Aoû - 21:11

C’est pas l’homme qui prend la mer,
C’est la mer qui prend l’homme.
RENAUD

Identité ;
♛ Surnom : Jack.
♛ Âge : 23 ans
♛ Groupe : Clients
♛ Nature : Pirate
♛ Ancienneté : Relativement peu de temps, environ deux mois.




Pendant que la marée monte
Et que chacun refait ses comptes
J'emmène au creux de mon ombre
Des poussières de toi.

Le Vent l‘emportera - NOIR DESIR

Caractère ;


Ce jeune homme, bien que son arrivée soit plutôt récente, n‘est pas passé inaperçu. Qu‘on l‘appelle Jack ou l‘homme au faucon, il est rare que l’on n’ait pas entendu parler de lui chez les employés du Red Garden. En effet, ce garçon étrange est sujet à de nombreuses rumeurs. On dit que, malgré sa présence dans cet endroit où les plaisirs charnels sont un élément du quotidien, il n‘a jamais couché ne serait-ce qu‘une seule fois avec aucune des prostituées de ce jardin des plaisirs. Encore, s‘il en avait refusé une, on aurait pût penser qu‘elle n‘était pas à son goût… Mais voilà, ce pirate aux pupilles changeantes ne peut s‘empêcher de séduire ces belles avant de partir sous un prétexte quelconque au moment où les choses commencent à s‘accélérer.

Bien entendu, les chuchoteurs du Jardin se sont empressés d‘affirmer qu‘il était impuissant ou frigide, et qu’il s‘amusait de voir ces femme-objets tomber légèrement sous son charme avant de les délaisser comme un chasseur de désintéressant de sa proie. Ils sont cependant bien loin de la vérité. Car Jack a un secret. Jack n‘est pas celui qu‘il semble être.

Jack est un pirate, capitaine tyrannique d‘un équipage n‘osant plus, au bout de plusieurs mutineries soldées par des échecs, se révolter contre ses volontés toutes plus extravagantes les unes que les autres. Les trésors lui importent peu, à quoi bon accumuler des richesses dont on ne fera rien avant sa mort ? Il préfère largement résoudre les mystères des univers, toutes ces questions sans réponses qui attisent sa curiosité. Il s‘intéresse bien plus que ne le devrait un pirate à l‘astronomie et aux vieilles légendes, et reste fasciné devant la beauté de tous ces mondes et de toutes ces femmes qui se trouvent sur son chemin.

Jack est extrêmement fier et voit rouge lorsqu‘on ose le rabaisser ou mettre en doute ses talents de pirate. Au combat, il se démarque par son agilité et la justesse de ses coups, en revanche la force de ses coups est sa plus grande faiblesse. Il compense cela par son endurance et attend que son adversaire soit épuisé avant d‘utiliser sa rapidité pour prendre le dessus.

Mais Jack a un secret, quelque chose que lui-même refuse d‘admettre. Derrière cette grande gueule, derrière ce sourire charmeur, derrière ce chapeau couvrant ses longs cheveux, derrière ces bandes entourant sa poitrine, se cache pour son plus grand malheur… une femme.

Une femme en quête de liberté, qui refuse d‘admettre qu‘elle est venue au monde en tant que créature faible destinée à rester à la maison en s‘occupant des enfants et à recoudre les fonds de pantalon. Une femme qui s‘est refusée à son destin et dont tout l‘équipage connaît la véritable nature. Mais ils savent également ce qui les attend s‘ils osent la considérer autrement que comme un homme viril capable de les mettre au tapis en un instant.



Histoire ;


L’effet papillon, vous connaissez ? Il suffirait de mettre un « si » dans une histoire pour que tout soit chamboulé. Si, sur cette planète au carrefour de toutes les galaxies, cette planète peuplée de pirates… Si, sur cette planète, cette femme aux longs cheveux bruns et cet homme aux yeux pétillants ne s’étaient pas mariés si tôt, s’ils n’avaient pas été si pressés par le temps qui poussait le jeune homme à rejoindre ses camarades sur le ponton, s’ils n’avaient pas voulu assurer leur descendance avant son départ… Peut-être que Carmen ne se serait pas appelée Carmen. Ce bébé au teint si pâle et aux yeux grands ouverts sur la vie aurait eût, en grandissant, un avenir plein d’aventures et de champs de bataille.

Avec des « si », on mettrait les univers en bouteille.

Cette petite fille, dès son premier cri, avait un destin tout tracé et scellé d’une marque brûlante en forme de tête de mort. Pourtant, dans ses yeux, on pouvait voir cette soif de connaissance, sans fin, vertigineuse. Pauvre petite, disaient les vieilles femmes déjà arrière-grand-mères qui se pressaient devant son berceau comme à chaque nouvelle naissance, regardez ces yeux qu’elle a ! Certaines se reconnaissaient dans ces yeux étranges, ils rouvraient des blessures qu’elles tentaient de dissimuler vainement. Pour d’autres, qui secouaient la tête d’un air las en soupirant, ils étaient l’annonce de problèmes. Des petites filles comme cela, il en naissait à la pelle ! De fortes têtes qui s’enfuyaient devant des aiguilles à tricoter et les paquets de lessive, qu’il fallait remettre sur le droit chemin de manière plus ou moins brutale.

De toute façon, elle ne pourrait rien faire contre son destin. Mieux valait lui éviter immédiatement de souffrir en l’empêchant de nourrir de vains espoirs de liberté.

Voilà ce qu’aurait dû être la vie de Carmen MacKenna, fille et un jour femme puis mère de pirates. Une ombre, quelqu’un dont personne ne se souviendrait du nom, comme toutes ces femmes délaissées par leurs hommes que la mer appelait.

__________

« Carmeeeeeeeeeeen !! »

Maria MacKenna, connue comme étant la femme la plus malchanceuse de toute la petite planète des pirates, criait depuis déjà plus d’un quart d’heure le nom de sa bonne à rien de fille. Les cheveux qu’elle avait autrefois soyeux et délicatement ondulés étaient cachés sous un fichu en toile, et les quelques mèches qui en dépassaient étaient si emmêlées qu’on aurait dit qu’ils s’étaient pris dans les pâles d’un moulin à vent. Elle s’arrêta de beugler et posa sa main contre le mur le plus proche pour se soutenir, plissant les yeux de désespoir. Elle qui avait déjà tant de travail, elle devait partir à la recherche de sa fille qui, une fois de plus, s’était éclipsée du cours de couture de la Mère Françoise.

« C’est bon, j’abandonne ! Mais tu ne perds rien pour attendre, jeune fille ! »

Puis elle tourna les talons en jurant comme une charretière, faisant relever les coins des lèvres de son adorable fille, cachée dans un arbre. Cette dernière attendit que sa maternelle soit suffisamment loin avant de sauter au sol et de se mettre à courir vers la mer. Ses longs cheveux gris presque blancs fouettaient son visage joyeux et elle savoura cette sensation éphémère de liberté. Elle escalada les rochers de la falaise en pestant car sa robe la gênait dans son ascension puis arriva à une cavité dans laquelle elle s’engouffra. Elle laissa ses jambes pendre dans le vide et observa l’horizon, ses yeux aux tons violets pétillants d’excitation.

Elle s’efforça de ne pas penser que ce n’était qu’un instant de répit. Elle aimait imaginer qu’elle resterait éternellement ici, face à la mer. Car, au fond, c’est elle la véritable mère des pirates. Elle tritura la boucle d’oreille que son père lui avait offert avant de disparaître en mer. Était-il mort ? Était-il quelque part, toujours sur son bateau, sans se rendre compte du temps qui passe ? Avait-il refait sa vie avec une femme plus belle, plus jeune que sa mère ? Elle chantonna, sa voix grave se perdant dans le vent :

« Enfant du voyage
Ton lit c'est la mer
Ton toit les nuages
Été comme hiver
Ta maison c'est l'océan
Tes amies sont les étoiles
Tu n'as qu'une fleur au coeur
Et c'est la rose des vents
Ton amour est un bateau
Qui te berce dans ses voiles
Mais n'oublie pas pour autant
Que l'on t'attend

Enfant du voyage
Ton coeur s'est offert
Aux vents aux nuages
Là-bas sur la mer
Mais tu sais que dans un port
Tremblant à chaque sirène
Une fille aux cheveux d'or
Perdue dans le vent du nord
Une fille aux cheveux d'or
Compte les jours et les semaines
Et te garde son amour pour ton retour.
Et te garde son amour pour ton retour. »


Sa bouche se tordit dans un rictus blessé. Elle prit une pierre et la jeta au loin, dans les flots agités de la mer. Sa mère n’avait même pas les cheveux d’or, comment espérer qu’il reviendrait un jour ? Elle en avait assez de voir sa mère pleurer silencieusement chaque soir dans sa chambre plongée dans l’obscurité. Elle voulait s’enfuir, s’enfuir de cette vie à laquelle on tentait de l’enchaîner.

Elle rejeta la tête en arrière en fermant les yeux avant de plonger dans les eaux sombres de cette étendue salée. Sans penser à l’engueulade qui l’attendrait arrivée à la maison.

__________

« Comment ?! »

Les yeux écarquillés, la jeune fille aux cheveux abîmés par le sel ne se baissa même pas pour ramasser les éclats de faïence éparpillés sur le sol. C’était tout ce qu’il restait de l’assiette qu’elle était en train d’essuyer. Sa mère ne se fâcha même pas. Elle aurait préféré, tout plutôt qu’elle répète cette phrase qui lui donnait l’impression qu’une craie crissait sur le tableau noir de ses oreilles.

« J’ai dit : tu as bientôt seize ans, il est grand temps de te marier. Par ailleurs, je t’ai trouvé un très bon parti - avec l’aide de la Mère Françoise. Il paraît qu’il est extrêmement gentil, et très doué au combat. De plus, son père avait accumulé les richesses - tu te rends compte, tu vivras dans une grande maison ! Tu ne te rends pas compte de la chance que tu as, ma fille ! Heureusement qu’il n’est pas très exigent, j’ai bien cru que je ne parviendrais jamais à te trouver un mari… »

Mais Carmen n’écoutait déjà plus. Sa mère parlait toujours, énumérant tous les avantages qu’il y avait à être mariée à un homme de cette trempe, et Carmen avait l’impression de s’enfoncer dans un marécage. Au final, la femme dont les cheveux ébènes perdaient peu à peu de leur couleur soupira et posa sa main abîmée par la lessive sur la tête de sa progéniture choquée.

« Tu comprendras un jour que je fais ça pour ton bien. »

Puis elle sortit de la cuisine gagnée par l’obscurité et la laissa seule avec ses pensées. Elle se disait qu’elle finirait par s’y résoudre. Elle avait tord.

__________

Le lendemain, lorsque la femme fatiguée pénétra dans la chambre de sa fille comme tous les matins, elle sentit que quelque chose n’allait pas. Elle s’approcha de la fenêtre et ouvrit les rideaux, laissant la lumière du soleil lui brûler les yeux. Elle resta un instant la main accrochée aux rideaux opaques, la peur l’empêchant de faire face à la réalité. Puis, lentement, elle se retourna.

La porte de la petite maison s’ouvrit à la volée et resta béante tandis que Maria, arrangeant maladroitement son fichu sur ses cheveux, courait sur le chemin parsemé de cailloux. Elle manqua plusieurs fois de s’écrouler, mais ne détacha pas les yeux du port et de la foule qui s’y pressait, telle une nuée de mouettes attirées par un cadavre de poisson. Elle se fraya un chemin parmi les mères et les femmes en pleurs, se faisant écraser les pieds ou donner des coups de coude au passage. Puis elle s’arrêta brutalement, fixant d’un air désespéré les jeunes hommes qui faisant des signes sur le pont du bateau. Elle le repéra immédiatement, le seul, l’unique qui ne bougeait pas. Les larmes se mirent à couler silencieusement sur ses joues, comme celles qu’elle versait tous les soirs. Elle ne cria pas, ne fit aucun scandale en démasquant sa fille, ne tenta pas d’arrêter l’embarquement. Elle resta plantée là, le visage trempé, tandis que le bateau s’en allait vers une destination inconnue.

Cette fois-ci, Maria était vraiment seule.

Et Carmen avait bouleversé son destin. Le cœur serré, elle fixa sa mère qui devenait de plus en plus petite sur le port, et pria pour qu’elle devienne aussi petite dans son cœur.

« Hep toi, là ! La nouvelle recrue ! »

Elle se tourna lentement, l’air parfaitement calme, vers l’homme qui l’avait appelée. Il était plutôt âgé mais elle sentait que, malgré son air rude, il n’était pas bien méchant.

« Oui monsieur ? »

« Fais pas l’malin avec moi ! Ton nom, immédiatement ! »

Elle attendit quelques instants avant de répondre en inclinant la tête, prenant garde à ce que le chapeau qui retenait ses cheveux ne tombe et ne révèle une partie de la supercherie.

« … Jack. »

__________

Plusieurs mois passèrent, plusieurs mois magiques pour celle qui avait presque oublié son véritable nom. Elle s’était fait remarquer par le capitaine car elle avait déclenché pas mal de bagarres (qu’elle avait perdu, à son plus grand regret) et passait le plus clair de son temps à nettoyer le pont ou éplucher des patates en guise de punition. Malgré tout, elle (ou plutôt devrions-nous dire il) était apprécié par l’équipage. Certes, il était agressif et plutôt nul au combat, mais il ne cessait de progresser et finit par dépasser quelques montagnes de muscles. Seulement, il s’attaquait toujours à plus fort que lui, comme s’il refusait toute autorité. Et ce qui devait arriver arriva.

__________

Autour d’eux, un cercle s’était formé. Contrairement aux autres combats, le silence s’était abattu sur le navire, on entendait plus que le bruit des vagues, les cris des mouettes et les halètements épuisés de Jack, à genoux sur le sol, le sang coulant d’une entaille sur sa joue. Malgré sa position de faiblesse, le regard du jeune homme était toujours aussi agressif. Il disait qu’il n’avait pas peur. Mais le capitaine décida d’arrêter le combat et rengaina son sabre avant de le lui jeter à la tête, faisant s’envoler le chapeau qu’il n’avait jamais quitté depuis son embarquement.

« Garde-le, il pourrait t’être utile. Fillette. »

L’équipage retint son souffle et Carmen serra les dents, la fureur montant en elle comme l’une de ces vagues qui venaient s’écraser contre sa falaise autrefois. Elle se releva, ses longs cheveux enfin libres fouettant l’air derrière elle. Dans sa main droite elle tenait le sabre encore empreint de son sang, dans la gauche, son chapeau qu’elle reposa sur sa tête.

« Je ne suis pas une fillette. Et je le prouverai. »

Elle ne pût voir le sourire éclairer le visage du capitaine lorsqu’il tourna les talons. Elle passa sa main sur sa joue ensanglantée tandis qu’on forçait à grands cris l’équipage à reprendre son activité. Cette cicatrice-là, elle l’arborerait avec fierté. Car elle montrait à quel point elle pouvait encore devenir forte. Elle lui rappellerait son but, jusqu’à la fin. Battre cet homme.

__________

Les années qui suivirent furent mouvementées pour la jeune femme. Au départ, plus personne n’accepta de se battre contre elle, mais ils changèrent rapidement d’avis en voyant qu’elle serait capable de les tuer pour cet affront. Sur une planète presque déserte, comme elle s’ennuyait, elle apprivoisa un faucon qui la suivit partout où elle allait. Elle commença à être connue dans le monde des pirates en tant que l’homme au faucon, bien qu’elle ne soit pas capitaine. Les seuls à connaître son secret étaient les membres de l’équipage mais ils n’avaient pas intérêt à en souffler le moindre mot. C’est qu’elle commençait à devenir forte la petite…

__________

« Jack ! Le… Le capitaine te demande. »

Jack se désintéressa de la partie de cartes, qu’il était en train de gagner, et fronça les sourcils avant de se lever et de suivre l’homme qui lui avait demandé son nom il y avait quelques années de cela. Le tremblement de sa voix ne présageait rien de bon. Instinctivement, il resserra sa main autour de son sabre. Il pénétra dans la cabine du capitaine et s’approcha de la silhouette allongée sur le lit. Il resta debout, refusant de s’asseoir sur la chaise en bois placée à proximité.

« Tiens… C’est toi… »

« Ne feignez pas d’être surpris, c’est vous qui m’avez fait demander. »

La tension était à son comble, malgré ce que Jack laissait paraître. Après une quinte de toux, le capitaine reprit de sa voix rauque :

« Tu n’es pas stupide, petite… Je suppose que tu as compris. »

« Vous ne pouvez pas mourir. Vous devez mourir sous ma lame, pas de vieillesse, merde ! »

La jeune fille s’emporta et son pied projeta la chaise contre le mur. Elle tremblait de tous ses membres, s’en voulant de se montrer si faible. Une vraie fillette. Le vieux avait raison, jamais elle ne serait un homme digne de ce nom. Elle était prête à s’effondrer lorsque la voix du capitaine la retint.

« Tu es forte petite, tu es forte… Mais tu peux l’être encore plus, j’en suis persuadé. Je te fais confiance pour la suite… »

Lorsque son dernier souffle s’échappa de ses lèvres, elle ne pleura pas. Elle sortit de la cabine en ouvrant grand la porte, sous les regards attentifs du reste de l’équipage. Dans les films, lors d’une telle scène, il se met à pleuvoir des trombes d’eau. Cette nuit-là, le ciel était dégagé et la lune se reflétait sur la crête des vagues. La jeune femme à l’air volontaire et hautain s’approcha de la barre et posa sa main gantée dessus. Puis elle sourit d’un air sadique, pour asseoir son autorité. Pour qu’ils comprennent tous. « C’est moi le chef maintenant. »

__________

Bien sûr, il y a eu des mutineries. Mais il y avait toujours des hommes de son côté, et elle était devenue forte. Elle n’était plus le petit mousse qui amuse l’équipage avec sa hargne. Elle était le Faucon Noir, celui qui ne s’échappe jamais d’un combat. Cependant, après moult demandes et supplications de ses hommes, elle consentit à faire un tour au Red Garden, cet endroit qu’ils n’avaient pût visiter depuis des années. C’était peut-être son côté femme qui ressortait, quoi qu’il en soit elle fût fascinée par ce lieu enchanteur. Pour le plus grand plaisir de l’équipage, ils retournèrent régulièrement dans cet endroit coupé du monde. Pour prouver sa virilité, elle séduisait ces femmes plus belles les unes que les autres. Ce qu’elle ne comprenait pas, c’est que ce qu’elle ressentait en leur faisant la cour n’était pas de l’excitation… Ce n’était pas cela qui faisait trembler ses mains et qui faisait battre son cœur à la chamade.

Carmen pouvait devenir encore plus forte.


Dites à mes amis que je m'en vais
Je pars vers de nouveaux pays.
PHIL COLLINS

Léa-chii
♔ Prénom : Léa-chii o/
♔ Âge : Bientôt 18 ans
♔ Source de l'avatar : Prussia (female) de APH
♔ Comment avez-vous découvert le forum ? Sheina m’a fait un lavage de cerveau 8D
♔ Autre chose à ajouter ? J’ai peur ! ;o; *fuit*



Dernière édition par Carmen le Sam 20 Aoû - 17:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

✔ Messages : 487
✔ Date d'inscription : 26/09/2010


Carnet personnel
Origine : Humain
Âge du personnage : 27 ans
Relations :

MessageSujet: Re: Carmen } Vogons mes jolies, yoho !   Sam 20 Aoû - 0:02

Bienvenue au Red Garden !

Alors d'abord, j'adoooore ton perso ! Au début j'avais un doute en voyant ton avatar et ton pseudo et des "Jack" partout même si je me disais bien que c'était "ça" xD Enfin bref j'ai hâte de voir la suite pour te valider ;D !

_________________

I don't need to try to control you,
Look into my eyes and I'll own you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://redgarden.forumactif.com http://redgarden.forumactif.com/t11-dimitri-un-diable-de-majordome
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Carmen } Vogons mes jolies, yoho !   Sam 20 Aoû - 10:00

Le vent l'emportera turlututu ♪.
Bienvenue ! °0°
Revenir en haut Aller en bas

✔ Messages : 59
✔ Date d'inscription : 19/08/2011


Carnet personnel
Origine : Pirate
Âge du personnage : 23 ans
Relations :

MessageSujet: Re: Carmen } Vogons mes jolies, yoho !   Sam 20 Aoû - 12:57

    Gniiih merci à vous >w< Allez, je me met à l'histoire ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

✔ Messages : 59
✔ Date d'inscription : 19/08/2011


Carnet personnel
Origine : Pirate
Âge du personnage : 23 ans
Relations :

MessageSujet: Re: Carmen } Vogons mes jolies, yoho !   Sam 20 Aoû - 17:37

    Double post pour dire que j'ai fini mon histoire ~
    *morte de fatigue /o/*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

✔ Messages : 85
✔ Date d'inscription : 15/08/2011


Carnet personnel
Origine : Inconnue
Âge du personnage : 25 ans
Relations :

MessageSujet: Re: Carmen } Vogons mes jolies, yoho !   Dim 21 Aoû - 10:20

Ooooh ! Une autre Pirate *.*

    (*a maintenant honte de ne pas avoir encore terminé son histoire T_T*)


Bienvenuuue ! ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

✔ Messages : 59
✔ Date d'inscription : 19/08/2011


Carnet personnel
Origine : Pirate
Âge du personnage : 23 ans
Relations :

MessageSujet: Re: Carmen } Vogons mes jolies, yoho !   Dim 21 Aoû - 14:51

    Thankyuuu ♥♥

    (Owii finis ton histoire comme ça on pourra RP//VLAM !! *lavage de cerveau 8D*)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

✔ Messages : 487
✔ Date d'inscription : 26/09/2010


Carnet personnel
Origine : Humain
Âge du personnage : 27 ans
Relations :

MessageSujet: Re: Carmen } Vogons mes jolies, yoho !   Lun 22 Aoû - 16:29

Eeeeet, je te valide ! ;D

Je t'invite donc maintenant à aller poster tes fiches de liens/topics et à compléter ton profil si ce n'est pas déjà fait. Amuses-toi bien parmi nous ! ♥

_________________

I don't need to try to control you,
Look into my eyes and I'll own you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://redgarden.forumactif.com http://redgarden.forumactif.com/t11-dimitri-un-diable-de-majordome
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Carmen } Vogons mes jolies, yoho !   

Revenir en haut Aller en bas
 

Carmen } Vogons mes jolies, yoho !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Le Registre :: Fiches validées-