AccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Viens noyer mon chagrin au creux de tes reins - Jack. ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

✔ Messages : 39
✔ Date d'inscription : 20/06/2011


MessageSujet: Viens noyer mon chagrin au creux de tes reins - Jack. ♥   Jeu 12 Jan - 15:30

« Où sont les hommes ? » reprit enfin le Petit Prince. « On est un peu seul dans le désert …
-On est seul aussi chez les hommes », dit le serpent.
Spoiler:
 

Elle l’a fixée sans mot dire.
Juste une paire de prunelles, un regard aussi silencieux que ses amours contre le sien. Elle ne dit rien. Ne veut peut être rien non plus.
Néant quand elle décroche son tablier, et commence à ouvrir le chemisier, qu’elle laisse glisser sur ses épaules nues. Vide quand elle s’avance en soutien-gorge vers elle, continuant à soutenir son regard. Abysse quand elle laisse glisser sa jupe et ses jupons jusqu’à ses chevilles frêles. Rien que le goût acre, acre qui lui taillade l’estomac, l’impression d’agir sans raison, une pulsion, une condamnation. Une folie, une jolie, une cruelle. Jalousie.

-Capitaine.

Un mot qui claque, une injonction, une prière, une perdition, une déraison. Oh vous, oh toi, oh rien, dis tu m’emmènes, tu m’emmèneras loin ? Elle est si fatiguée de la colère qui bouillonne, des mots qui n’existent qu’au creux de sa tête, des émotions renouvelées, oh non ni les roses ni les renards ne valent la peine d’être aimés. Alors quand ses bras frêles viennent se poser sur les épaules de Carmen, dans l’intimité voyeuse de ce couloir vide, c’est un peu les sourires de Rose qui tourbillonnent sous ses paupières, les caresses de Darjeeling contre sa fourrure qui se déposent, le vide fleurit de l’absence de son aimée qui bourgeonne, les mots ivres de son renard qui résonne, elle ne sait pourquoi cette sensation lorsque celui-ci était arrivé, la démarche titubante et les pupilles dilatées, à vanter les charmes des Oirans dont il ne s’était apparemment pas privé. Et elle a beau se dire Janet, que tout cela n’est pas grand-chose, elle a beau ne rien du tout se dire, juste caresser encore un peu le velouté des souvenirs en pétales de rose, de tourner les talons et claquer la porte de la chambre, elle a beau se dire, en silence, silence, silence, que sur son renard, elle ne pourrait jamais pourtant médire. C’est qu’elle est un peu amère, ce soir. Et toi Jack ? Viendras-tu effeuiller tes peines au vent, avec moi ?

Alors elle se dit qu’au final, un renard, un ami, un amour, une Rose, ce n’est jamais grand-chose, alors elle se dit quand elle retrace la vie, qu’elle aurait voulu oh bien voulu, un peu quand même. Peut-être à cause de la couleur du miel qui dansait dans la chevelure de l’autre. Mais la chevelure de Carmen elle n’était que plaines enneigées et froid au cœur, les bras de Carmen chantaient viens avec moi , quand ses hanches se cambraient de déni, Jack respirait les embruns salés et la liberté chevauchée à bras les vagues. Jack s’en va et s’en vient, quand Janet ne passe qu’entre les reins.
Elle était peut-être pourtant un peu plus intéressante que les autres, Jack.

Alors, quand ses doigts fins glissent contre son cou, tandis qu’elle vient coller son corps à moitié dénudé contre le sien, peut être aimerait-elle, oh aimerait-elle qu’un regard fauve, aux éclats de miel, se glisse de l’autre côté des vitres.
Mais c’est que j’ai un peu froid ce soir, mon Capitaine.


_________________
Ava'&sign by Batman WHY YO SO AWESOME?

Lorsque j'avais six ans j'ai vu, une fois, une magnifique image, dans un livre sur la forêt vierge qui s'appelait Histoires vécues. Ça représentait un serpent boa qui avalait un fauve. Voilà la copie du dessin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Viens noyer mon chagrin au creux de tes reins - Jack. ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Les Couloirs-