AccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 The Hunter • Hâte-toi, tu n'as pas tant à vivre. Je te rebats ce mot . Jouis.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

✔ Messages : 28
✔ Date d'inscription : 07/05/2011


MessageSujet: The Hunter • Hâte-toi, tu n'as pas tant à vivre. Je te rebats ce mot . Jouis.    Mer 18 Mai - 19:26

:: Blessed by bitch from a bastard seed. Pleasure to meet you but prepare to bleed ::

Identité ;
Surnom : The Hunter ou hunter tout simplement. Mais Killer lui aurait très bien allé après tout.
Âge : Inconnu.
Groupe : Clients
Nature : Un personnage de conte de fée
Ancienneté :Il vient depuis… des lustres. On devrait lui créer une carte de fidélité





:: Skinned her alive, Ripped her apart, Scattered her ashes, Buried her heart ::


I'll bring back the goods but I don't know when ;

Dans les contes ou les fables, le chasseur est courageux, recherche l'aventure. Parfois il meurt, car il cherche toujours à avoir un plus gros butin qu'il devrait. En effet, ce chasseur ne cherche qu'à assouvir son désir d'avoir un butin plus conséquent que celui de la veille. Il ne tue pas pour se nourrir, mais plutôt pour avoir l'admiration des autres quand il ramène les cadavres de grands carnivores (loup, ours) au village. Il arrive que cette convoitise aide des personnes comme le chaperon rouge par exemple, car pensez-vous qu'il savait que le chaperon rouge était en danger ? Non. Il a vu le loup, il l'a tué. Point. Mais ce chasseur, lorsqu'on lui demande de tuer une personne, comme blanche neige, il montre ce qu'il est en vrai, un lâche. Et pourtant tuer quelqu'un qui peut se défendre est peut-être, sur certains points plus intéressant que faire une partie de chasse. Mais cette preuve de lâcheté à épargner une future princesse tandis qu'on lui a réservé un sort plus malheureux. L'oubli. A ce moment-là on voit bien que la seule chose qui rapproche le mot chasseur du mot sauveur est la fin (-eur). Même si ces deux mots n'ont que deux ou trois lettres différentes, leur sens sont différents. Et pourtant, le chasseur tue pour avoir de l'honneur et le sauveur, le héros, sauve pour avoir la gloire et l'admiration. Mais le truc c'est que le chasseur fait peur et le sauveur, lui, est aimé de tout le monde. En conclusion : seule la mort leur est commune. Même si le chasseur commence à sauver les autres, ce ne sera qu’une pale imitation, car ce n’est pas un sauveur, c’est un chasseur. Les rôles ne peuvent pas s’échanger.

Mais Hunter, le fils du chasseur, n'est pas comme son père (décrit ci-dessus). Il est courageux, oui, mais ne cherche pas l'aventure. Vivre paisiblement ne le dérange pas, comme la solitude d'ailleurs. Il se fout des autres, de leurs opinions sur lui, tout cela lui importe peu, mais ça ne l’empêche pas d’être susceptible. Il fuit la gloire, les demandes de services, enfin tout ce qui pourrait l'ennuyer. Hunter comme son père ne chasse pas pour se nourrir, mais pour se divertir, la vie dans une maison reculée dans la forêt peut être ennuyeuse et à vrai dire, son jeu préféré a toujours été chat. Sauf qu'à la place de toucher sa cible avec sa main, il l'abattait. C'est plus .... Efficace. De plus il a toujours été attiré par cette couleur rouge qui coulait dans nos veines et la montée d'adrénaline qu'on ressent lorsqu'on est face à la mort lors de ces parties de cache-cache, a toujours été appréciée par cet homme. Ce qui explique en partie les corps lacérés de certain de ses gibiers. Mais bon, tant que c’est mangeable c’est bon et puis, dans notre estomac, la chaire est encore moins présentable.
Pour ce qui concerne la lâcheté, il n'en a pas hérité. Car après tout, hunter est le chasseur qui a réellement tué le loup, son père trop lâche a préféré envoyer son fils à sa place tandis qu’il recevait tout le mérite d’avoir sauvé le chaperon rouge. De même pour Blanche Neige, le père a demandé à son fils de faire le sale travail, mais ce dernier, cette fois-ci, a désobéit.
Sa mère morte mangée par un loup n'a pas pu lui donner assez d'affection pour qu'il puisse connaître le sens du mot « amour ». Ce mot ne lui est pas familier, de même pour le mot « joie ». Avez-vous déjà vu un chasseur sourire dans un conte ? Non, preuve qu’on lui a retirée cette faculté. Hunter est celui qu'on qualifie d'asocial, de froid, de cœur de pierre ou d’insensible... Mais peut-être que quelqu'un pourrait lui apprendre à vivre pour de bon. Vivre une vie au-delà de celle qui a été écrite depuis bien longtemps.

C'est peut-être pour cela qu'il avait commencé à aller à Red Garden, pour apprendre, mais ce n'a pas marché, car, tout de même, comment apprendre ce genre de choses dans un bordel ? C'est compliqué, hein ? Alors, il fait des va et viens entre les différentes chambres, chez les différentes putes sans avoir le moindre plaisir, sans la moindre sensation, seule les réactions de ses partenaires changent, tandis que lui, comme un robot, reste indifférent. Ou, il a rejoint les clients de Red Garden tout simplement parce qu’il s’ennuyait, dans son monde sans véritable histoire, sans destin. Dans le monde des pantins créer pour divertir les humains.



Once upon a time ;
« Ta mère… »

C'était une nuit d'automne, une femme fut prise par un loup. Elle avait pourtant pris une longueur d'avance lors de sa course, mais la bête, plus apte à voir dans l'obscurité, s'est emparé de la pauvre femme avec ses crocs aiguisés. Le monstre la traîna jusqu'au plus profond de la forêt là où le chasseur ne s'est encore jamais aventuré. Peut-être que ce monstre voulait nourrir ses petits, mais qu'importe. La bête fut directement haïe par les humains. Et pourtant ils font de même avec les biches, mais le faon ne dit rien. Comme l'enfant de l'ancienne détentrice de ce corps, qui s'est retrouvé brisé, arraché, lacéré. Cet enfant n'avait qu' onze ans, mais il ne pleurait pas sa défunte mère. En effet, lui aussi l'aurait bien tuée, cette femme. Cette succube à la crinière noir jais et aux yeux aussi bleus que des saphirs. Cette femme qui avait ensorcelé son père craint et admiré par la communauté. Le chasseur. Cet homme qui jura, devant la carcasse dépecée de sa femme retrouvée dans une caverne, qu'il retrouvera l'animal et le tuera. Mais pourquoi ? Cette femme le contrôlait avec sa beauté, cette beauté dont elle s'est tellement occupé. Qu'est-ce qu'elle faisait avec un homme tel que le père du gamin ? Le chasseur lui, était courageux avant, mais depuis qu'il a connu cette démone, cette sorcière, il arrêta peu à peu la chasse. C'est seulement lors du 10e anniversaire de l'enfant que cette passion avait refait surface : il avait offert à sa progéniture son tout premier fusil, un fusil qui avait bien servi. Alors qu'il allait laisser l'enfant le prendre, la mère, cette incapable, l'a empêché en disant qu'il était trop jeune. Mais maintenant qu'elle n'était plus là, tout allait changer. Oui, ou presque.

Son père avait du mal à comprendre qu'elle était partie et lorsqu'il se rappelait de sa carcasse nue, dévoilée à tous les passants, il pleurait. Le gamin, Hunter, en était estomaqué. Comment pouvait-il pleurer à cause de cette femme ? Elle est morte, tant pis, point. Elle ne méritait pas ces larmes. Et depuis que le petit partagea cette pensée avec son père, son modèle, ce dernier changea de comportement envers son fils. Alors qu'il était doux et fier de l'avoir, il devint violent avec celui-ci. Ce fut le commencement d'une nouvelle ère pour cette famille, l'enfant appris rapidement comment nettoyer, chargé et utiliser une arme. Rapidement ? Oui, son père ne le laissait pas dormir sans qu'il connaisse sa « leçon » du jour, de plus, s'il se révoltait, le gamin qui avait alors neuf ans, avait le droit à des coups d'où viennent ses nombreuses cicatrices qui peuplent son corps, tout particulièrement son dos. Cet enfant n'allait définitivement pas pouvoir savoir ce qu'était l'amour, cette force pour laquelle son père a chuté.

Petit à petit, l'enfant abattait de plus en plus d'animaux. Ne pouvant pas rester avec son père qui le chassait tous les jours de la maison pour qu'il apprenne comme vivre avec la nature, Hunter créa un jeu. Celui de tuer le plus d'animaux. Ce jeu était le plus divertissant qu'il avait connu, ça n'avait rien à voir avec ces jeux de fillette comme cache-cache ou chat. Petit à petit l'enfant de treize ans s'habituait à voir les pauvres animaux s'ouvrir lorsqu'il les ouvrait encore vivant. Évacuait-il sa haine pour sa mère et pour son père lors de ces cérémonies ? Ne pouvait-il donc pas les abattre puis les découper en morceaux ? Non, c'était comme s'il était entré en transe. Tant que ces cérémonies ne sont pas terminés, le massacre continuera. Le chasseur se rendit compte de l'agressivité du garçon, et, pour augmenter le niveau, il dit à son enfant qu'il pourrait commencer à chasser les carnivores. Ce défi était intéressant pour le garçon. Alors, il s'exécuta. Lors de ses parties de chasse, Hunter était accompagné par son père. Un élan de tendre envers son fils ? Non. Il ne faisait que prendre les cadavres des animaux et les amener au village où il tirait tout le mérite. Mais bon, ce n'est pas comme si Hunter lui en voulait, tant qu'il le laisse tranquille ça va.

« Hunter ! C’est le loup de la veille… »

Il faisait nuit, comme ce soir-là, celui où sa mère fut dévorée par un loup, la lune faisait un sourire rempli de malice. Un loup, au pelage argenté dû aux rayons de la lune, s'approcha du village en ne faisant aucun bruit. La ville était plongée dans le sommeil, aucun bruit ne lui parvenait. La voie est libre. Il alla dans l'allait principal. Mais qu'est-ce que ce loup faisait ici ? Comme si des enfants sans défense allait sortir de chaque maison comme des somnambules. Que ces créatures sont illogiques. Mais ceci ne changeait rien au fait qu'elle était là, cette bête. Puis un coup de feu, le loup se mit à courir poursuivit par son attaquant. Ce dernier l'avait raté de justesse. C'était le chasseur. Depuis la mort de sa femme il faisait une ronde dans le village. Pathétique. Comment ferait-il si plusieurs bêtes arrivaient en meutes ? Il les tuerait tous . Balivernes. C'est un froussard. C'est pour cette raison que lorsqu'il fut assez éloigné du village, il s'arrêta, laissant la créature s'en aller. Il tira sur une biche se trouvant au loin et la rapporta aux villageois en disant que de loin il aurait cru que cette bête était un prédateur. Sur ces paroles il fut légèrement humilié. Mais bon, c'était mieux que de revenir bredouille. Le lendemain, alors que Hunter et son géniteur faisaient leur partie de chasse habituelle, ils passèrent devant une petite maison reculée du village. Il y avait une rumeur comme quoi, c'était une vieille femme qui y habitait. Tout à quoi, une petite fille arriva devant la porte et entra. Hunter avait remarqué les traces de pas d'un canin se diriger vers la maison. Peut-être que...
IIl courra vers la maison, regarda à l'intérieur, la petite ingénue parler avec un loup déguisé en vielle. Quelle petite inconsciente ! Avec le canon de son fusil il frappa contre la vitre, le loup le regarda, sortit du lit en laissant, malgré lui, son dessert. Le chaperon rouge, n'avait pas encore compris que sa grand-mère n'était plus de ce monde, elle se demandait pourquoi son ami le loup était déguisé. Pauvre petite fille, elle n'aurait pas dû assister à la scène suivante. Le chasseur dit à son fils qui commençait à tirer sur la bête, que c'était bien celle de la veille. Le loup blanc grogner tout en essayant d'éviter les balles. Puis un couinement, sa patte fut touchée. Hunter s'avança, retira un couteau de sa ceinture. La cérémonie commença. Le sang gicla, le loup criait, le chaperon terrorisé pleurait, le père regardait autre part. À la fin, Hunter se releva en murmurant, c'était une louve. Cette louve qui était d'une blancheur immaculée fut teintée d'un rouge sang, accompagner par l'odeur. Hunter regarda son père et sourit d'un air mauvais. Pitoyable. Le lendemain, tout le monde fut au courant du massacre donné par Hunter. Les deux chasseurs furent chassés du village. Ironique, hein ? Des chasseurs chassés.

Ils allèrent vers une ville où une reine vaniteuse régnait. Le Chasseur fut sollicité dans la salle royale, la reine avait une demande à faire. Un service. Le Chasseur avait comme mission de tuer une femme à la beauté incomparable. Soit, qu'il en soit ainsi. Le père alla donc voir son fils et lui demanda si tuer une personne l'intéresserait. Celui-ci ne fit rien. Le père l'emmena donc près du lieu de vie de la proie pour lui montrer qui, il devait chasser. Une jeune femme sortit d'une maison, ses cheveux noirs jais et ses yeux ressemblant à de véritables pierres précieuses, donnaient à Hunter l'impression de revoir sa mère. Rien que pour cela, il prit le fusil, suivit de loin la jeune femme. Une fois dans la forêt, il l'interpella et lui pointa son fusil devant son magnifique minois. Cette fille portait bien son nom, Blanche Neige. Mais cette beauté comparable à celle de sa défunte ne touchait pas le tueur. La fille se mit à pleurer. Pathétique, pitoyable. Que le monde est ennuyant, toujours ces mêmes larmes. Hunter énervé baissa son arme et lui laissant un regard disant : dégage. Il commença à tirer sur tout ce qu'il bouge. Comme cette biche à qui il arracha le coeur pour le donner comme preuve à la reine. Enfin pour que le père qui n'était pas au courant que la cible n'a pas été éliminée, soit fier de lui et qu'il aille demander son argent comme promis tout en rapportant une preuve de la mort de la jeune fille. Malheureusement, la reine demandant à un spécialiste de vérifier que ce soit bien un coeur humain. Le médecin fit signe que non. La reine, folle de rage d'avoir été prise pour une idiote fit emprisonner le chasseur. Ce dernier criait que c'était un coup monté par son fils. Personne ne prit la peine de l'écouter. Hunter enfin libre de la présence de son père parti de la ville et alla dans son village natal, acheta une cabane reculée dans la forêt pour être tranquille. Il chassait, chassait, chassait. Ne faisait rien d'autre. Les villageois l'em*erdaient avec leurs airs admiratifs devant le butin qu'il ramenait tous les jours. Petit à petit, la routine s'installait contre le gré d'Hunter. Un soir, alors qu'il essayait de une renarde, il la rencontra. Elle, un être mi-renard mi-humaine. Le chasseur avait peine à y croire, mais lorsqu'elle lui montra le chemin vers un autre monde, il fut obligé de se résigner : ce n'était pas un rêve.

« Bienvenu cher client »

Depuis ce soir-là, il passait la plupart du temps en train de faire des allés et retours entre son monde et la Red Garden, endroit de plaisir, où les lapins, renards et tout autre animaux qu'il chassait, prenaient forme humaine et goûtaient aux plaisirs des humains. Oui, Hunter avait des lieux qu'il préférait dans ce bâtiment : l'Holy night bien sûr, mais aussi l'Okiya. En effet, il était attiré par l'atmosphère que propageait ce lieu. Un lieu calme et tranquille où pouvait fumer l'opium tout en étant en bonne compagnie. Que pouvons-nous rêver de mieux ?




:: You just didn't know me! ::

Pseudo ; Miry
Prénom :
Âge : 15 ans
Source de l'avatar : Original Tknk/ Hibari kyoya – Katekyo Hitman Reborn!
Comment avez-vous découvert le forum ? Gun alias B.B Wolf
Autre chose à ajouter ? Rien à part : Bonjour



Dernière édition par The Hunter le Ven 20 Mai - 12:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://redgarden.forumactif.com/t57-the-hunter-hate-toi-tu-n-as-pas-tant-a-vivre-je-te-rebats-ce-mot-jouis http://redgarden.forumactif.com/t69-the-hunter-love-what-is-this

✔ Messages : 487
✔ Date d'inscription : 26/09/2010


Carnet personnel
Origine : Humain
Âge du personnage : 27 ans
Relations :

MessageSujet: Re: The Hunter • Hâte-toi, tu n'as pas tant à vivre. Je te rebats ce mot . Jouis.    Jeu 19 Mai - 19:32

    Tout d'abord,

    Bienvenue au Red Garden !

    Maintenant, j'aimerais signaler quelques fautes qui m'ont sauté aux yeux ;; Tu confonds souvent les temps alors fais attention ><, et pitié, ce n'est pas "geai" mais "jais" XD !! A part ça je dirais qu'un enfant si violent en étant si jeune c'est un peu limite, mais bon... Je te fais confiance pour ne pas virer grosbill ^^;

    Maintenant je valide ♥ Je te souhaite un bon jeu et pense à compléter ton profil et à aller poster tes fiches de liens/topics~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://redgarden.forumactif.com http://redgarden.forumactif.com/t11-dimitri-un-diable-de-majordome

✔ Messages : 28
✔ Date d'inscription : 07/05/2011


MessageSujet: Re: The Hunter • Hâte-toi, tu n'as pas tant à vivre. Je te rebats ce mot . Jouis.    Ven 20 Mai - 13:11

Oups :/
Quelle boulette... j'étais tellement à fond dans l'histoire que je n'avais pas vu l'histoire du "geai" enfin bon j'ai corrigé.
Pour la conjugaison je ferai attention à l'avenir. ><
Et pour ce qui concerne son côté violent, bah... j'ai légèrement changé son âge...
Mais ne t' vous inquiétez pas il ne tombera pas dans le grosbill =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://redgarden.forumactif.com/t57-the-hunter-hate-toi-tu-n-as-pas-tant-a-vivre-je-te-rebats-ce-mot-jouis http://redgarden.forumactif.com/t69-the-hunter-love-what-is-this

✔ Messages : 487
✔ Date d'inscription : 26/09/2010


Carnet personnel
Origine : Humain
Âge du personnage : 27 ans
Relations :

MessageSujet: Re: The Hunter • Hâte-toi, tu n'as pas tant à vivre. Je te rebats ce mot . Jouis.    Ven 20 Mai - 20:10

Ca me parait plus probable ainsi ♥

(Tu peux me tutoyer, pas de chichis ici vous êtes tous mes chéris <3)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://redgarden.forumactif.com http://redgarden.forumactif.com/t11-dimitri-un-diable-de-majordome
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: The Hunter • Hâte-toi, tu n'as pas tant à vivre. Je te rebats ce mot . Jouis.    

Revenir en haut Aller en bas
 

The Hunter • Hâte-toi, tu n'as pas tant à vivre. Je te rebats ce mot . Jouis.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Le Registre :: Fiches validées-