AccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 que la chasse commence — HUNTER.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

✔ Messages : 30
✔ Date d'inscription : 01/05/2011


Carnet personnel
Origine : Divers contes célèbres.
Âge du personnage : C'est une mamie.
Relations :

MessageSujet: que la chasse commence — HUNTER.   Sam 28 Mai - 15:56


Une bouteille à la main et sa cape de l'autre, Loulou avait du mal à tenir debout. L'odeur du rhum mélangé au whisky mélangé au vin plus fort que jamais, les jambes flageolantes, les cheveux en bataille, elle avait une piètre allure. Et un parfum très fort. Deux jambes, ça ne suffisait pas. Il lui fallait quatre appuis, quatre pattes, des coussinets pour tenir, pas de cheveux dans les yeux, juste une forme légère, sa forme originelle...
Alors qu'elle était bien trop soule pour ne serait-ce que se rappeler quelle était sa forme normale.
On l'aurait chassée. Un loup qui va voir des prostituées ? La pire blague du siècle. Quoique, une femme ivre morte n'était pas beaucoup mieux.
Heureusement pour le lieu et ses fonctionnaires, elle avait le vin joyeux. Sauf cas rares, où le carnage au café ou au holy night était désespérant. Elle se mettait dans de telles colères qu'il fallait repayer des chaises et des tables. Alors elle hésitait à retourner au café. On la verrait d'un mauvais oeil. Mais elle faisait rire les autres, à essayer de les convaincre qu'elle était réellement le Grand Méchant Loup. Elle devenait l'ivre fou du spectacle. Il y en a toujours dans les comédies; mais plus encore dans les tragédies. Et on ne l'écoutait jamais, comme on écoutait chacune des menaces du méchant.
Dans cet état-là, personne ne la prendrait, même si elle payait grassement la courageuse volontaire. Il n'y aurait pas de volontaire pour s'occuper d'une créature instable.

Alors elle s'engouffre dans l'escalier sans trop savoir où aller, hm, peut-être plus haut, plus haut encore. Il n'y a pas d'escaliers dans la forêt. Elle s'arrête toutes les dix marches pour souffler et regarder en bas. Et elle continue, elle monte, pour atterrir au Café. Il n'y a que là qu'on l'accepterait.
Titubant parmi les tables, elle s'installe à sa place préférée. La sixième en partant de la gauche au comptoir. Toutes les bouteilles ambrées alignées au mur la rendent gaie. Elle attend qu'un butler vienne et fait son choix à haute voix, d'une voix d'ailleurs plutôt hésitante et éraillée.
Elle lâche sa bouteille sur sa cape déjà par terre et hésite encore plus. Elle ne voit rien et les bouteilles semblent bouger.

Il faut demander conseil à quelqu'un. Tiens, lui qui est à côté. Elle tourne son tabouret, l'acier grince un peu pour la forme mais se laisse faire.

< Euh. Vous avez pris quoi vous ? >

Son regard se scotche sur le verre du voisin. Il semble appétissant.
Oh, elle pense à lever les yeux sur son visage, et son sang n'a pas le temps de faire un tour qu'il se glace.

Elle n'est toujours pas assez consciente pour le reconnaître. Mais ce visage lui rappelle d'horribles souvenirs qui la paralysent. Elle a un hoquet d'effroi et ne peut plus détacher son regard de lui. Si seulement elle pouvait mettre un nom ou un souvenir sur cette affreuse expression détestée... Rien ne vient.

Ça va lui revenir petit à petit, à Loulou. Ça mettra peu de temps. Elle sera pétrifiée de terreur et se vengera sur lui. Cet humain qui l'a tuée autrefois, elle l'apposera sur sa liste noire. La suite ne sera qu'une longue partie de chasse entre la proie et le tueur – et maintenant, les rôles pourront s'inverser. Il faut prendre garde à vous, Hunter, et savoir voir en cette femme l'abject monstre qui avait massacré des innocents. Il faudrait la démasquer et l'empêcher de commettre des carnages de nouveau.


Dernière édition par The Big Bad Wolf le Lun 27 Juin - 21:06, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://redgarden.forumactif.com/t43-loup-y-es-tu-entends-tu-que-fais-tu http://redgarden.forumactif.com/t147-je-mets-mon-corset#725

✔ Messages : 28
✔ Date d'inscription : 07/05/2011


MessageSujet: Re: que la chasse commence — HUNTER.   Dim 29 Mai - 15:13

    L'Ennuie. Le pire mal que les êtres vivants connaissent. En effet, il cause des changements d'habitude ou d'attitude, une personne pour se défaire de ce mal peut utiliser beaucoup de moyens plus ou moins légitimes comme le viol, l'inceste, des plaisirs charnels à plusieurs, un meurtre, la drogue, une sortie avec des amis, un voyage. Bref, il y a beaucoup de moyens pour se guérir de ce mal. Hunter, lui, a décidé pour rompre cette monotonie, d'aller au Red Garden, une fois de plus. Pour aller voir les Oirans ? Non, il y est allé la veille, pas envie. Cette fois-ci il ira au café. Oui, il aimait ce lieu où personne ne l'embêtait, ce lieu où il pouvait être tranquille. Il était devenu un habitué et presque tous les Bulters le connaissaient. Craint ? Peut-être. Il faut dire qu'il ne fait pas grand-chose pour se faire apprécier. Mais bon, l'avis que les autres avaient sur lui était sa dernière préoccupation.
    Il monta donc les marches pour aller au dernier étage, le fusil sur son dos. Il était légèrement énervé. La biche qu'il avait chassée pendant la journée l'avait fait courir un peu partout. Et à vrai dire, ça l'a épuisé et c'est ça qui l'énervait. Être épuisé par une biche, lamentable. Il n'aurait pas dû faire une nuit blanche la veille. Une fois arrivé il alla s'asseoir au comptoir comme à son habitude. Il y avait peu de monde ce soir-là. Grand soulagement pour Hunter qui en avait marre d'entendre le grincement des couverts contre l'assiette. Les gens ne savent donc pas manger sans faire de bruit ? ! Passons. Un bulter vint vers lui.

    « Comme d’habitude Monsieur ? »
    « »

    Le chasseur ne répondit pas, un signe de tête était amplement suffisant. Quel plaisir d'être tranquille, ce n'est pas la même chose au village où tout le monde hurle au loup presque tous les soirs lorsqu'ils entendent un bruit. S'il pouvait il demanderait à tout le monde de partir pour le laisser seul avec son verre, mais bon ça dérangerait les autres, il y aurait des plaintes et Hunter ne pourrait peut-être plus venir ici... Puis une femme entra, une bouteille à la main, les cheveux en bataille. Pathétique. Il voyait en cette femme son père les soirs suivants la mort de sa mère. Elle s'installa à côté de lui. Bon tant qu'elle ne dit rien ça ira. Si elle ne brise pas le silence qu'Hunter recherchait, il restera zen, même si l'odeur de la femme rendait l'air peu respirable. Il ne pense pas qu'elle sente mauvais loin de là, mais cette odeur lui rappelle tellement son père que ça l'irrite. Il n'aime pas sa famille à ce point ? Gagné. Puis elle marmonna quelque chose, elle était soûle ? Rien qu'à cette idée, il s'intéressa à elle. Peut-être qu'elle allait pimenter en quelque sorte sa soirée au Red Garden. Une soûlarde en colère est très divertissante d'après Hunter. Il regarda ensuite son verre. Le bulter s'était lésiné sur l'alcool, son verre était presque vide.

    « Euh. Vous avez pris quoi vous ? »

    Il posa son regard de nouveau sur la femme qui s'était tournée vers lui. Elle lui avait adressé la parole. Au départ il n'allait pas lui répondre puis il se rendit compte qu'elle avait l'air de ne rien voir, ses yeux étaient plissés. Il retint un soupir, résigner à parler.

    « Vodka »

    Hunter avait donc éprouvé de la pitié envers la soûlarde ? Pas vraiment, non. Pendant les quelques minutes qui ont précédé sa réponse il était entré en pleine réflexion. S'il ne lui avait pas répondu elle allait peut-être, première hypothèse, s'énerver contre lui, et franchement, une soûle qui s'énerve contre nous, c'est chiant. C'est seulement drôle lorsque ce n'est pas nous qui sommes concernés. Seconde hypothèse : elle continue à poser cette question jusqu'à qu'il parle et dans cette situation-ci, c'est lui qui allait s'énerver et sincèrement, ça ne lui plaisait pas, car il pourrait avoir un avertissement et au final peut-être banni du Red Garden. Oui, il s'était une fois mal comporté et il a déjà reçu un avertissement. Il a retenu la leçon.

    Puis il retourna à son verre, jugeant que la conversation était terminée. Jusqu'à qu'il sentit un regard de peur sur lui, en effet, la femme était comme pétrifiée. Qu'est-ce qu'elle avait ? Des hallucinations ? Quelle plaie, franchement. Une maid, cette fois-ci arriva et vit le visage de la femme rempli de terreur.

    « Vous allez bien ? »

    Hunter regardait toujours la jeune femme, perplexe en ce qui concerne la raison de ce changement d'attitude. Attendant sa réponse.

    Il aurait dû reconnaître les yeux de ce loup, ce loup qu'il avait torturé ce jour-là. Mais est-ce que ça aurait été une bonne chose ? Peut-être pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://redgarden.forumactif.com/t57-the-hunter-hate-toi-tu-n-as-pas-tant-a-vivre-je-te-rebats-ce-mot-jouis http://redgarden.forumactif.com/t69-the-hunter-love-what-is-this

✔ Messages : 30
✔ Date d'inscription : 01/05/2011


Carnet personnel
Origine : Divers contes célèbres.
Âge du personnage : C'est une mamie.
Relations :

MessageSujet: Re: que la chasse commence — HUNTER.   Jeu 16 Juin - 14:58

Il a vu sa peur. C'est un fait indeniable qui l'effraie davantage.
La voix de la maid la réveille.
Elle se passe la main sur le front, sourit, feint se reprendre apres un court malaise.

Ça ira. Je voudrais la même boisson que monsieur.

Elle regarde la maid s'eloigner et se penche pour saisir la poche de sa cape. Un rouge à lèvre.
C'est fou comme la peur la rend lucide. Elle ne s'est jamais sentie aussi clairvoyante depuis son plan pour tuer le chevreau. Là, elle ne se fera pas tuer. Ni par la chèvre, ni par le chasseur.

Excusez-moi. Je suis dans un état affligeant. Démaquillée et débraillée, l'horreur. Permettez.

La glace du bar lui permet de se repasser du rouge sur les lèvres. Elle y met un soin particulier, surtout à cause de ses gestes encore gauches. En formant un O avec sa bouche, elle se passe la langue sur les dents et la referme aussi vite que possible. Ce serait bête de se faire prendre à cause de ses canines.

Mais il ne la reconnaitra pas. C'est ce qu'elle se dit en se recoiffant lentement. Ses cheveux argent retombent elegamment sur ses epaules. Il ne la reconnaîtra pas parce que le loup est laid. Il est laid dans sa solitude et dans sa cruauté. Là, Loulou s'applique à se faire belle.
Elle le regarde, et a un coup d'oeil pour le fusil posé à côté, ne pouvant s'empêcher de frissonner. Comme celui-ci la reconnait bien.

C'est la première fois que je vous vois ici.

Il se peut qu'il la reconnnaisse. Plus tard.
Alors elle prendra sa forme de loup pour mieux lui arracher son coeur et ses tripes. Le plus vite possible, avant qu'il ne s'empare de cet horrible engin qui envoie des balles de loin, completement deloyal. Elle fera hurler les gens, ravagera le café, prendra la fuite. Et pourra enfin etre satisfaite : elle se sera vengé. D'une manière abjecte, parce qu'elle compte bien lui infliger la pire mort qui soit. Et elle lui soufflera, c'est ça, la douleur de la proie, Hunter.

Il pourra degainer ses armes. Il les maniera de façon professionnelle et efficace. Mais il ne pourra rien contre la rage exaltée d'une creature sanguinaire. Il lui tirera dessus, peut-etre. Ça réveillera l'energie de desespoir qui sera sa mort.
Il pourra la tuer, elle ne mourra pas.

Et pourtant vous me dites quelque chose.

Il lui faut garder son sang froid. Rien que le voir la répugne et excite son corps. Non, il faudra juste garder sa tete froide. Le reste, on fera avec. Ses gestes maladroits et larges qui trahissent son etat d'ebriété n'empecheront pas sa tête de penser.
La maid pose la vodka devant elle avec un regard inquiet. Elle leve le verre et le porte à sa bouche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://redgarden.forumactif.com/t43-loup-y-es-tu-entends-tu-que-fais-tu http://redgarden.forumactif.com/t147-je-mets-mon-corset#725

✔ Messages : 28
✔ Date d'inscription : 07/05/2011


MessageSujet: Re: que la chasse commence — HUNTER.   Lun 27 Juin - 16:28

    « Ça ira. Je voudrais la même boisson que monsieur. »

    Ça ira... Ces deux mots ont réduit à néant tout l'intérêt qu'Hunter portait à la jeune femme. Elle n'était qu'une pitoyable soûlarde sans aucune élégance et dénuée d'intérêt. Et dire Hunter pensait que cette pathétique personne allait pourvoir le divertir ? Pauvre Monsieur. Il s'ennuie tellement qu'il recherche dans quiconque, quelque chose pour l'amuser, même chez des personnes n'ayant aucune chance d'en avoir... Mieux vaut mourir qu'à arriver à un point aussi critique, vous ne trouvez pas ?
    Il regarda son verre presque vide. Son ennui était tellement profond que le chasseur eut recours à un moyen bien pathétique pour passer le temps : il commença par dresser l'inventaire du bar, compter le nombre de chaises, de table, de personne, puis il essaya d'écouter la discussion qu'avaient trois clients. Oui, cette discussion avait l'air tellement passionnante, mais après quelques minutes il comprit qu'elle n'avait pas le moindre sens. En effet, les trois clients tenaient un débat sur qui sont les meilleures entre les concubines, les oirans et les prostitues. Or à la place de rester dans leurs camps respectifs ces derniers n'arrêtaient pas de changer de côté. Ce débat n'avait donc aucun intérêt.

    « Excusez-moi. Je suis dans un état affligeant. Démaquillée et débraillée, l'horreur. Permettez. »

    Son regard se posa de nouveau sur la jeune femme. Elle se refaisait une beauté. Bon, Hunter dû admettre qu'elle était un peu plus élégante qu'il pensait. Rien qu'avec quelques coups de rouge à lèvres, la soûlarde est parvenue à ressembler à une véritable femme. Enfin, si on omettait qu'elle buvait de la vodka, qui se trouve être, pour notre chasseur, un alcool d'homme.

    Hunter finit son verre et fit un geste à une autre maid de lui en rapporter un autre. Il suivit cette dernière du regard pour vérifier qu'elle ne soit pas aussi radine que le bulter précédent. Elle commença à parler avec un autre client. Hunter énervé, prit soin de mémoriser le visage de la maid : elle n'aura pas de pourboire et ne devra pas à s'attendre de revoir Hunter lui demander un service. Oui, c'est un nouveau point qui le gênait dans l'organisation d’à peu près tous les cafés : lorsque l'on demande quelque chose, il faut le dire à l'avance, comme cela nous ayons notre service pile poil lorsque l'on en a besoin et pas des heures après. On ne voudrait pas que notre cher Hunter meure de déshydratation, n'est-ce pas ?

    Puis son attention fut de nouveau attirée par la jeune femme. « Ça ira »... Si ça allait alors pourquoi elle tremble... Décidément ce n'est pas ce soir qu'Hunter allait comprendre les êtres humains... Enfin. C'était déjà pas mal de l'avoir remarqué, après il faudrait travailler la déduction.

    « C'est la première fois que je vous vois ici. »

    Ah. Ça y est. Deuxième problème en vue. La jeune femme ne l'avait pas oubliée et on dirait bien qu'elle a envie de parler. Bon. Aller. Hunter va être clément pour cette fois-ci. Il va être gentil, il va lui répondre. Enfin, c'est plutôt pour ne pas l'avoir sur le dos ... Il se tourna vers elle, prit sa respiration, transféra toute son énergie vers sa mâchoire pour qu'elle puisse laisser passer un son. Alors qu'il allait enfin répondre, la jeune femme reprit la parole laissant un espoir au chasseur : celui de ne pas à avoir à parler.

    « et pourtant vous me dites quelque chose. »

    Il s'attendait à une phrase plus longue, une tirade, enfin à une phrase qu'il ne laisserait pas l'impression de devoir répondre. Il attendit quelques secondes pour être bien sûr qu'elle attendait de lui une réponse. Et peut-être qu'elle allait dire autre chose pour qualifier son verre de vodka qui était des plus banals, comme « délicieux » ou « ça sera mon dernier ».

    Non. Pas un mot. Rien. Nada. Il poussa un soupir. Qu'il en soit ainsi.

    « Pourtant, je suis là assez souvent... »

    Attendez cinq secondes. Ne serait-ce donc pas une manière de draguer... si c'était son attention : c'est franchement lamentable et de mauvais goût. Mais bon, pour Hunter trouvait que ça serait absurde que sa phrase soit de ce sens là. Loulou était quand même un peu dans l'estime du chasseur, car après tout, ce n'est pas souvent qu'une soûlarde pense à se maquiller... Enfin c'est comme cela dans la tête de notre cher chasseur.

    « Mais il se peut que l'on se soit croisé en dehors du Red Garden... »

    Et le « D'où venez-vous » ? Il ne vient pas ? Non, ça encouragerait la femme à répondre tout en attendant une réponse. C'est affligeant de voir une personne qui déteste autant parler. Mais quelque chose le fit changer d'idée, il posa cette fameuse question à la soûlarde…

    Ces yeux. Il les connaissait ... Mais d'où ?





    [c'est consternant de voir un tel niveau d'écriture... en plus je pari qu’il y a encore plein de fautes…]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://redgarden.forumactif.com/t57-the-hunter-hate-toi-tu-n-as-pas-tant-a-vivre-je-te-rebats-ce-mot-jouis http://redgarden.forumactif.com/t69-the-hunter-love-what-is-this
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: que la chasse commence — HUNTER.   

Revenir en haut Aller en bas
 

que la chasse commence — HUNTER.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Le Café-